Test Apple iPhone 4S

Test Apple iPhone 4S

Tous ceux qui attendaient un iPhone 5 pour la fin 2011 en ont été pour leurs frais, Apple nous a refait le coup de l’iPhone 3G S. Voici donc l’iPhone 4S, une sorte d’iPhone 4 sous stéroïdes. Plus puissant et doté de nouvelles fonctionnalités, il mérite néanmoins le détour.

On ne vous fera pas le tour des nouveautés induites par iOS 5 que nous avons déjà traitées par ailleurs et qui sont également disponibles pour l’iPhone 4 et l’iPad. A noter également que le nouvel iPhone 4S cohabitera avec son prédécesseur qui reste encore au catalogue dans une seule version de 8 Go.

L’iPhone 3GS n’est pas non plus oublié et il sera offert gratuitement avec un abonnement. De quoi séduire une clientèle au budget plus serré.

 

Un véritable clone

En apparence rien ne distingue l’iPhone 4 S de son prédécesseur. On retrouve le même écran Retina Display de 3,5 pouces avec sa résolution de 960 x 640 pixels. Ce n’est pas vraiment une surprise quand on sait qu’il reste encore loin devant ses concurrents avec une densité de 330 pixels par pouces tout en offrant un excellent rendu aussi bien en intérieur qu’en extérieur.

 

Pourtant, s’il n’est pas évident de faire la différence à l’œil nu entre l’iPhone 4 et l’iPhone 4S, ce n’est pas impossible. Il suffit de jeter un œil à les tranches supérieure et gauche pour s’en convaincre.

Face au tôlé de de la sensibilité de l’iPhone 4 qui diminue quand on le tient fermement en main, Apple a muni l’iPhone 4S de deux antennes qui sont cette fois placées différemment. De fait, il n’a pas été possible de reproduire le phénomène dit d’Antenna Gate.

Autre différence bien plus difficile à voir sans mettre les deux générations d’iPhone 4 côte à côte, les boutons du mode silencieux et de réglage du volume sont très légèrement décalés. Certaines coques rigides risquent donc de ne pas être totalement adaptées. A vérifier sur pièce avant d’acheter ce type d’accessoire.

Au final, c’est surtout à l’intérieur que les choses changent.

 

Plus de pêche

Fidèle à son habitude, Apple emprunte le processeur A5 de l’iPad 2 pour le nouvel iPhone 4S. Plus puissant, celui-ci est néanmoins cadencé à 800 MHz contre 1 GHz sur la tablette. A noter également qu’Apple ne joue pas le jeu de la surenchère comme ses concurrents qui multiplient les Hertz. Certains smartphones embarquent ainsi des processeurs double cœur jusqu’à 1,4 GHz aujourd’hui. Pour autant, l’iPhone 4S tient la dragée haute à tous ses homologues haut de gamme.

Si la mémoire vive reste cantonnée à 512 Mo, la puce graphique évolue également, nous promettant au passage des performances jusqu’à sept fois supérieures à celles de l’iPhone 4.

Plutôt que de vous asséner de tests et autres mesures théoriques, nous avons décidé de procéder autrement en mettant face à face les iPhone 4 et 4S dans une série de tests pratiques.

On commence donc par l’allumage des terminaux, une opération toute simple qui sollicite le processeur central. Premier constat, on ne gagne que trois petites secondes avec le dernier né d’Apple. Pas de quoi revendre son iPhone 4 pour se jeter sur son successeur.

Voyons maintenant ce que cela donne dans les applications. Nous avons lancé simultanément deux jeux Street Fighter IV et Rage HD. Là encore, l’iPhone 4S affiche l’écran de démarrage le premier mais l’iPhone 4 n’a pas non plus à rougir de honte en suivant à peine deux à trois secondes plus tard. Plus puissant, l’iPhone 4S ? Certes mais pour le moment, on s’en rend difficilement compte.

Quid de la navigation sur Internet ? Cette fois l’iPhone 4S creuse l’écart en affichant plus rapidement la page désirée à chaque fois. Dans tous les cas l’iPhone 4S est un modèle de réactivité, les pages défilent avec fluidité et nous n’avons jamais eu à déplorer le moindre ralentissement.

Un mot également sur la partie graphique. Si les jeux actuels se suffisent encore de l’iPhone 4, rien ne dit qu’il en sera de même avec les futurs titres qu’on nous promet comme encore plus beaux et performants. En attendant de juger sur pièce, il est également possible de profiter du surplus de puissance pour afficher l’écran de l’iPhone 4S sur un téléviseur via la copie vidéo. Une fonctionnalité intéressante d’autant qu’elle sollicite fortement la puce graphique et qui est notamment accessible via Airplay.

Avec certaines apps (dont des jeux), l’iPhone 4S prend une nouvelle dimension et le contenu s’affiche là aussi sans ralentissement. Il est également envisageable d’afficher deux images différentes sur le téléviseur et sur l’iPhone 4S. Une fonctionnalité qui donne toute la mesure de la puissance du smartphone d’Apple mais qui fait fondre l’autonomie de la batterie comme neige au soleil.

 

Siri prend son temps

Grosse nouveauté exclusive à l’iPhone 4S, Siri est un outil de reconnaissance vocale qui a bluffé bien du monde lors de la présentation d’Apple.

Pour y accéder il suffit d’appuyer longuement sur le bouton principal du smartphone. La grande nouveauté réside dans le fait qu’il n’est plus nécessaire de parler par mots clefs pour se faire comprendre. Il suffit de prononcer une phrase normalement et Siri s’exécute… ou presque.

En effet, le logiciel semble avoir bien du mal avec la langue de Molière et nos différentes démonstrations auprès d’ami(e)s ébahi(e)s se sont pratiquement toutes soldées par un échec cuisant à moins de demander la météo.

Dans la pratique, Siri utilise la connexion 3G+ pour accéder à un serveur distant afin d’analyser votre requête. Malheureusement c’est un procédé qui reste trop long à notre sens et au final lorsqu’on lui demande d’appeler un contact du carnet d’adresses, on aura plus tôt fait d’y accéder directement via l’écran tactile. De la même façon, si nous avons parfois réussi à envoyer un message grâce à Siri, il a fallu là encore faire preuve de patience.

Au final, il y a fort à parier que vous n’attendrez pas, surtout pour un résultat qui est souvent à côté de la plaque. Nous avons réitéré nos tests en passant Siri en anglais. Cette fois l’application semble plus à l’aise et ce malgré notre accent. Voici donc une fonctionnalité à très fort potentiel mais qui n’est pour le moment pas encore optimisée pour le français. Apple va d’ailleurs dans ce sens en précisant bien que Siri reste en développement. En ce qui nous concerne et après plusieurs semaines en compagnie de l’iPhone 4S, nous n’avons plus jamais utilisé Siri depuis ce test.

 

Des pixels à foison

L’appareil photo évolue également avec une résolution qui passe de cinq à huit mégapixels. On retrouve la technologie de rétro éclairage censée améliorer les photos lors des prises de vue en basse luminosité d’autant que l’ouverture est de f2,4.

Les clichés sont de très bonne qualité surtout quand on dispose de bonnes conditions d’éclairage. A tel point que vous pourrez vraiment remiser votre compact numérique une bonne fois pour toute. Les choses se gâtent tout de même en basse luminosité avec un bruit plus présent même si le flash permet tout de même de prendre des photos dans l’obscurité. Prenez soin de ne pas être trop prêt de votre sujet au risque de surexposer vos photos. En résumé, l’iPhone 4S s’impose comme l’un des meilleurs photophone du moment.

Une nouvelle icône « options » fait son apparition sur l’écran de l’appareil photo. Elle offre néanmoins le strict minimum avec l’affichage d’une grille pour composer au mieux votre cadre et le mode HDR. On aura donc une fois encore recours à des applications tierces pour décupler les fonctionnalités de l’appareil photo de l’iPhone 4S.

Autre nouveautés, les vidéos passent enfin en 1080p et c’est la que la puissance de l’iPhone 4S prend tout son sens. Tout est parfaitement fluide sans aucun effet de saccade comme on peut souvent le déplorer sur des smartphones concurrents qui multiplient pourtant les coeurs à la fréquence qui dépasse amplement le gigahertz.

L’inflation de pixels n’est pas sans conséquence sur la taille des fichiers. Heureusement, les boulimiques de musique et autres photographes compulsifs vont pouvoir opter pour une nouvelle version 64 Go de l’iPhone 4S qui se paye néanmoins le prix fort en version nue. Les modèles de 16 et 32 Go restent au catalogue et comme pour les précédents modèles, il n’y a aucun port pour une éventuelle carte mémoire.

Un mot enfin sur l’autonomie de l’iPhone 4S qui nous a semblé en retrait par rapport à celle de son prédécesseur malgré une capacité plus importante de 1432 mAh, contre 1420 précédemment. En cas d’usage intensif vous n’aurez pas forcément de quoi tenir la journée.

En conclusion, l’iPhone 4S reste une valeur sure même si la concurrence commence réellement à gagner du terrain. Si vous êtes déjà équipé avec un iPhone 4, autant attendre la prochaine génération avant de changer. Pour les autres, vous profiterez d’un smartphone performant doté d’un appareil numérique à même de remplacer un compact numérique. Sans oublier un catalogue d’applications sans égal.