Premières impressions sur le Nokia 5800 XpressMusic

Premières impressions sur le Nokia 5800 XpressMusic

C’est à la fin de l’année 2008 que sortira en Angleterre (et courant du premier trimestre 2009 en France) le Nokia 5800 XpressMusic. Le terminal a été dévoilé lors de la conférence de presse Nokia Remix à Londres le 2 octobre dernier. J’ai donc eu la chance de pouvoir approcher et manipuler en avant première le premier mobile sous environnement Symbian S60 5ème édition. Si vous avez l’impression d’avoir raté un épisode, rassurez-vous : ce n’est pas le cas ! Il n’existe tout simplement pas de 4ème édition… :-/

La principale évolution de cette édition, c’est bien entendu l’interface entièrement tactile du 5800. Cela explique l’absence de clavier physique et un design qui se caractérise par un grand écran de 3,2 pouces très lumineux. Même si le plastique est prédominant et que l’objet est relativement épais par rapport à ce qui se fait aujourd’hui, le 5800 est agréable à regarder et la prise en main aisée.

Bon nombre de terminaux lancés ces derniers mois ont été présentés comme des « iPhone killers » mais sans jamais finalement réussir à inquiéter la firme de Cupertino. L’arrivée du géant finlandais sur le terrain du tactile était donc très attendue. Et je reconnais que le 5800 XpressMusic est plutôt une bonne surprise. Même si l’écran n’offre pas la même sensibilité que le multitouch d’Apple, il répond déjà beaucoup mieux au doigt que n’importe quel mobile de la gamme Samsung Player ou qu’un LG Viewty par exemple. Inutile donc de vous y reprendre à trois fois pour sélectionner une icone, composer un numéro de téléphone ou scroller sur une page. C’est intuitif et fluide à condition peut-être de bien marquer l’appui. A noter que le stylet s’avère parfois nécessaire, notamment pour l’utilisation du clavier AZERTY virtuel dont les touches sont un peu petites. J’ai bien rencontré quelques lenteurs en faisant défiler les photos de la galerie avec mon doigt (à la manière de l’iPhone) mais ces ralentissements étaient liés au fait que le poids des images n’est pas automatiquement optimisé comme c’est le cas avec iTunes.

Une autre nouveauté qui mérite que l’on s’y attarde : la « Contacts bar » offre la possibilité de paramétrer directement sur l’écran d’accueil du terminal des raccourcis vers les quatre numéros de téléphone les plus souvent appelés. Ces accès directs prennent la forme d’une photo cliquable du contact (ou de son avatar). Je trouve l’idée vraiment bien pensée car, si j’ai pas mal de numéros enregistrés dans mon répertoire, je m’aperçois que j’appelle finalement toujours un peu les mêmes.

Toujours avec la même volonté de simplifier la vie de l’utilisateur et de développer l’usage de ses services multimédia, Nokia a ajouté au 5800 la « Menu bar ». Elle permet un accès rapide à certaines fonctions évoluées du mobile. On la fait apparaitre (ou disparaitre) par un simple clic sur la touche XpressMusic présente dans le haut droit de la façade avant du terminal. Player de musique et de vidéo, galerie photo, partage de contenus via la plateforme OVI et navigateur Internet sont donc accessibles en deux clics seulement depuis n’importe quel écran du mobile.

Côté services mobiles toujours, plusieurs applications à succès sont accessibles depuis le menu du téléphone sans avoir à les télécharger. C’est le cas notamment de Qik et JoikuSpot dont on a déjà parlé sur Giiks.

Comme sur les précédents modèles Symbian S60, l’écoute de musique s’effectue via le logiciel Galerie. La nouveauté vient donc des hauts parleurs stéréo, qui associés au son surround, offrent un son de grande qualité même lorsque l’environnement est bruyant.

Le navigateur Internet est agréable à utiliser même s’il ne permet pas d’afficher des pages Web en entier. Un double « clic » sur l’écran permet de zoomer sur une partie de la page. Un accéléromètre permet de basculer la page du mode portrait en mode paysage. Mais ce dont Nokia semble le plus fier, c’est la prise en charge des contenus Flash. Le finlandais affirme que « contrairement à d’autres terminaux du marché », le navigateur du 5800 offre un accès à « tout Internet » 😉 .

Le logiciel de navigation Nokia Maps est également présent mais faute de n’avoir pu manipuler le terminal à l’extérieur d’un bâtiment, je n’ai pas pu tester la sensibilité de la tête GPS.

Pour conclure
Dommage mais il est évident que le 5800 n’est toujours pas l’iPhone Killer dont on nous parle depuis si longtemps mais le dernier né de chez Nokia ne se positionne pas non plus dans la même gamme de prix 400 euros hors subvention opérateur seulement.

[pictobrowser 69476095@N00 72157607694250672]