Test Xbox One

Test Xbox One

Le test complet de la Xbox One
La Xbox One est là ! Huit ans après la sortie de la Xbox 360, Microsoft se lance dans la bataille de la nouvelle génération face à son concurrent Sony et sa PS4. Bien plus qu’une console de jeux, la firme de Redmond veut proposer une expérience multimédia unique et complète déjà initiée avec la Xbox 360. En effet, Microsoft voulait en faire l’iPod des consoles. Nouveau design, nouvelle architecture technique, nouveau capteur Kinect, voici les éléments de la Xbox One qui offre pléthore de services. Après un retour en arrière sur sa stratégie initiale, la console est enfin disponible en magasin. Alors faut-il craquer ? Voici notre test complet de la Xbox One.

Puissance et design
La première Xbox était grosse et avec un design propre qui affirmé son caractère très “gamer”. Avec la Xbox 360, Microsoft a recherche un style plus épuré et des courbes pour séduire un plus grand nombre. Lors de la révélation de la Xbox One, nous avons découvert une console très carrée et imposante, à tel point que certains la compare à un magnétoscope de l’époque. Tout est dit, soit on aime soit on déteste. Quoi qu’il en soit, sous le capot, on retrouve de la puissance qui ne demande qu’à ronronner. Processeur huit coeurs AMD Jaguar (64 bits) cadencés à 1.75 GHz, une carte graphique Radeon 7790 cadencé à 853 Mhz, 8 Go de RAM DDR3, un disque dur de 500 Go, un lecteur Blu-ray, trois ports USB 3.0, un port ethernet Gigabit, Wi-Fi, une entrée et une sortie HDMI et une sortie optique pour brancher à un ampli audio-vidéo. Bref, une très belle bête qui propose d’excellents rendus visuels et permet également du multi-tâches et une réactivité immédiate. Lors de nos différents usages, la Xbox One a été silencieuse, un léger bruit de ventilateur mais rien de génant.

xbox-one-unboxing-19

Quand on ouvre la boîte de la Xbox One, on trouve directement le Kinect, un message fort et clair sur le positionnement du produit : tout l’eco-système tourne autour du capteur. On continue le déballage pour trouver la manette et les deux piles au format LR06 (AA), le micro-casque, le câble HDMI, le bloc alimentation et enfin la console Xbox One. Aujourd’hui, on peut être surpris de trouver une manette avec des piles au lieu d’avoir une batterie rechargeable. L’avantage est qu’il suffit de mettre des piles neuves pour continuer à jouer en “mode sans fil” alors qu’avec une batterie il faudrait attendre lors de la recharge et donc arrêter de jouer. Bien sur on peut continuer la partie endiablée en branchant le fil de recharge sur l’un des ports USB, mais on perd un peu de liberté.

xbox-one-unboxing-05

xbox-one-unboxing-23

Sur la manette de la Xbox One, il n’y a plus de bouton Start et Back. Place aux boutons Menus (bouton de droite) et View (bouton de gauche). Le bouton Menu permet d’afficher des menus contextuels liés au jeu ou à l’application en cours d’exécution. Le bouton View permet de changer de vue (dans Forza Motorsport 5 par exemple) ou d’afficher des éléments liés au jeu ou l’application. Par exemple, un tableau de score dans un FPS ou la barre d’adresse et les fenêtres ouvertes dans Internet Explorer.

xbox-one-unboxing-13

Quand la Xbox 360 était sortie, une grande majorité avait été surpris par la taille du bloc alimentation, très imposant. Surtout que la concurrence propose un simple câble pour relier la console à la prise électrique. Avec la Xbox One, Microsoft récidive et impose un bloc tout aussi encombrant qu’auparavant. N’y avait-il pas assez de place pour l’intégrer à l’intérieur de la console, surtout quand on voir que la PS4 est plus petite et le propose ? C’est un détail, mais on le souligne. Enfin, sachez-le, la console est plus grande que sa prédécesseur avec quatre centimètres de plus en largeur, ce qui peut poser un souci d’emplacement pour certains.

xbox-one-unboxing-15

Bienvenue dans l’univers Xbox One
Après une configuration rapide où on nous demande le pays, le lieu de résidence, la connexion à internet (Wi-Fi ou ethernet), la Xbox One propose le téléchargement d’une mise à jour d’un peu plus de 500Mo. Une fois terminée, on continue des réglages basiques comme l’heure, la configuration Kinect avec notamment la reconnaissance faciale pour une identification plus rapide et plus simple, le choix de l’alimentation (économie d’énergie avec un démarrage plus lent mais qui stoppe les mises à jour, ou un démarrage instantané qui permet de recevoir automatiquement les mises à jour), les informations du compte Microsoft et la couleur de l’interface (choix parmi 18 coloris). En quelques minutes, la Xbox One est prête !

xbox-one-unboxing-38

L’interface de la Xbox One est dans la lignée de ce que l’on trouve sur les PC et tablettes sous Windows 8 et les smartphones sous Windows Phone 8. Il s’agit de l’interface Modern UI qui est composée de tuiles dynamiques et visuelles pour certains éléments. On peut épingler de nombreux éléments (applications, favoris web, morcreau de musique,…) sur le tableau de bord et ainsi y accéder rapidement. Microsoft assure donc une cohérence entre les différents supports, et c’est très bien pour l’ergonomie et l’expérience utilisateur.

Mais avant d’avoir le dashboard Xbox One, il faut allumer la console. Pour cela, trois possibilités. Avec le bouton sensitif qui se trouve en façade de la console, en appuyant sur le bouton Xbox de la manette ou avec la voix en disant “Xbox démarrez”. En vous plaçant devant le capteur Kinect, votre session se lancera automatiquement grâce à la reconnaissance faciale. Pour les familles, chaque membre peut se connecter en même temps et on peut changer d’interface (couleur, épingle,…) quand on le désire.

test-xbox-one-01

La Xbox One a le même fonctionne qu’une tablette ou ordinateur sous Windows 8 RT. Par défaut, plusieurs programmes sont installés puis il faudra aller dans le Xbox Store et télécharger des applications pour enrichir son expérience utilisateur. Par exemple, la Xbox One a un lecteur Blu-ray mais pour l’utiliser il faudra télécharger l’application avant de regarder un film en haute définition. Pour désinstaller une application, il faut aller dans Mes jeux et applications, puis se postionner sur l’application en question et appuyer sur le bouton Menu. Un menu contextuel apparaît et il suffit de choisir désinstallez.

test-xbox-one-02

test-xbox-one-03

test-xbox-one-04

Grâce à la puissance de la console, on peut ouvrir de nombreuses applications en même temps et elles fonctionnent toutes en tâche de fond. Cela permet de passer d’une app à une autre instantanément que cela soit avec le contrôle vocale Kinect ou tout simplement depuis la manette. Bon à savoir : il suffit d’appuyer sur le bouton B pour revenir chronologiquement dans chaque application ouverte au préalable, un peu comme sur les smartphones.

Kinect est la clé de voûte de la Xbox One, tout l’ecosystème tourne autour du capteur qui peut être installé sur un trépied grâce à la fixation située en dessous. Bien sur on peut utiliser la console sans Kinect, mais on passe à côté de belles expériences. J’avoue que je n’utilise pas les gestes pour naviguer dans l’interface, je m’en sers uniquement dans les jeux ou Skype.

Le nouveau capteur est beaucoup plus précis et permet même de voir quand on ferme les doigts de la main. Utile dans Kinect Sport Rivals pour l’escalade où on avance de prise en prise ou dans Internet Explorer pour “prendre” la page et la faire défiler. La distance a été réduite par rapport au précédent modèle; Kinect fonctionne à un peu plus d’un mètre entre le capteur et le joueur. A deux personnes, la distance est un peu moins de deux mètres. Mais la meilleure nouveauté vient de la vision nocturne de Kinect. Avant, il fallait un peu d’éclairage, maintenant ce n’est plus nécessaire, cela fonctionne grâce à la caméra infrarouge. On peut jouer dans le noir.
Un exemple très concret de la valeur ajoutée de Kinect. Dans FIFA14, on peut donner des ordres aux joueurs (“tous en avant” pour avoir une tactique offensive) ou se faire sanctionner suite à une insulte à l’arbitre. Totalement immersif ! Le fait que Kinect ne soit plus un accessoire optionnel, on imagine que Microsoft doit avoir des killer-app dans les cartons, on les découvrir au fil du temps.

test-xbox-one-05

test-xbox-one-06

L’expérience multimédia
Avec la Xbox One, Microsoft veut poursuivre sa stratégie multimédia déjà initiée avec la Xbox 360. Le nouveau bébé n’est pas qu’une simple console de jeux, c’est un produit que l’on met dans le salon et qui permet d’accèder à tous ses loisirs numériques : jeux vidéo, musique, films, visio-conférence, lecteur Blu-ray, et les services TV.

Pour la TV, les Etats-Unis disposent d’une formidable expérience où tout se contrôle à la voix et surtout avec une excellente intégration à l’écosystème Xbox One. En France, on retrouve des applications TV comme France TV Pluzz ou Canal+/CanalSat. J’ai testé cette dernière et même si cela permet de consulter les programmes télé depuis sa console, l’offre est basique. On a simplement les flux vidéo des chaînes auxquelles nous sommes abonnés mais pas de guide des programmes et surtout pas de commandes vocales avec Kinect. Bien mais un peu déçu de ne pas avoir une meilleure intégration. A noter qu’il est possible de brancher le décodeur de son opérateur via le port HDMI in. A ce moment là, on retrouve le portail TV via l’application Télé de la Xbox One. Les contrôles se font avec votre télécommande du boîtier TV.

test-xbox-one-07

test-xbox-one-08

test-xbox-one-09

test-xbox-one-10

Pour la musique, les utilisateurs pourront se connecter à Xbox Music, le service de streaming musical de Microsoft. Si vous êtes déjà abonnés au service, vous retrouverez toute votre musique sur la Xbox One. Pour les nouveaus utilisateurs, Microsoft propose une période de découverte de 30 jours. Le service est “cross devices” c’est à dire que l’on peut l’utiliser sur différents produits comme une tablette sous Windows 8, un smartphone sous Windows Phone 8 ou la Xbox One / Xbox 360.

test-xbox-one-11

test-xbox-one-12

test-xbox-one-13

Pour la vidéo, Microsoft propose l’application Xbox Vidéo qui permet de visionner des films en HD et des programmes TV (séries, dessins animés,…). Il faudra débourser en moyenne 4,99€ pour la location d’une vidéo et 17,99€ pour l’acheter de façon définitive. La rubrique Collection permet de retrouver l’ensemble des éléments achetés. C’est un service de VOD comme le propose MyTF1 ou Canalplay par exemple.

test-xbox-one-14

test-xbox-one-15

test-xbox-one-16

On regrette l’absence de service de SVOD (vidéo à la demande avec abonnement) comme Netflix ! Cela aurait le moment idéal pour le lancement européen du célèbre service qui cartonne outre Atlantique. Il faudra attendre pour avoir une expérience aussi complète que nos confrères américains. A noter que pour bénéficier des services de TV et vidéos, il faut être membre Xbox Live Gold (60€ par an). C’est vraiment dommage de la part de Microsoft de mettre cette contrainte, car cela peut être un frein à la démocratisation des usages via la console. Mais il y a fort à parier que la firme de Redmond doit rétribuer les fournisseurs de services et l’abonnement de ses membres permet de subventionné cette dépense.

Après avoir renoncé au format HD-DVD et avoir prôné la dématérialisation des films, la Xbox One intègre un lecteur Blu-ray. Une fois l’application Blu-ray installée depuis le Xbox Store, on insère le disque dans le lecteur et il se charge rapidement. Grâce à la connexion Internet, on peut accéder au service BD-Live pour obtenir plus de contenus liés au disque. L’interface permet de passer à un chapitre, de mettre en pause, de revenir au menu principal, etc… Bref, du classique. Lors de nos tests, la Xbox One a lu tous les Blu-ray quelque soit la zone. Microsoft France nous confirme que le lecteur n’est pas zoné, une très bonne chose ! Comme la console est conçue pour durer plusieurs années, le lecteur Blu-ray est évolutif est supportera l’ultra haute définition (la 4K) via une simple mise à jour, info confirmée par Microsoft France.

test-xbox-one-17

test-xbox-one-18

Comme Microsoft veut faire de sa console une plate-forme multimédia complète, la Xbox One intègre un navigateur web, Internet Explorer bien sur et Bing pour la recherche. Le navigateur obtient un score de 331 sur 500 au HTML5 Test. En appuyant sur le bouton Menu, on peut mettre en favori une page web, l’épingler sur l’écran d’accueil, afficher l’adresse de la page, accéder aux paramètres ou encore démarrer une navigation en mode privé (navigation InPrivate). Dans les paramètres, une option permet d’afficher la version mobile d’un site, si elle est prévue. Gadget pour certains, utile pour d’autre. en appuyant sur le bouton View, on affiche les onglets en cours et la barre d’adresse de la page où nous sommes. Si nous sommes en manque d’inspirtation, Microsoft propose des sites dans l’onglet “à l’affiche” avec un accès à Facebook, Twitter, Tumblr, MSN,… Même s’il y a une application Youtube, j’ai voulu tester via Internet Explorer et cela fonctionne sans souci.

test-xbox-one-19

test-xbox-one-20

test-xbox-one-21

test-xbox-one-22

test-xbox-one-23

test-xbox-one-24

Grâce à Kinect, l’expérience Skype prend une autre dimension comparée à son usage sur ordinateur, tablette ou smartphone. L’interface occupe tout l’écran et lors des appels on voit son correspondant en grand écran. De plus, quand on se déplace dans la pièce, Kinect suit la personne et fait un zoom sur la tête. Très efficace et top ! A noter que Microsoft offre six mois avec les appels vers les fixes et les mobiles avec une limite de cent minutes par mois. une opération séduction déjà effectuée sur la tablette Surface, on apprécie le geste commercial.

test-xbox-one-25

test-xbox-one-26

test-xbox-one-27

test-xbox-one-28

Le Xbox Live, mes amis et mes jeux
Le service de jeux en ligne de Microsoft, le Xbox Live, a fait ses preuves depuis plusieurs années et a séduit plus de 46 millions d’abonnés. Avec l’arrivée de la Xbox One, tout l’univers Xbox Live évolue. Premier très bon point, la possibilité de rattacher des comptes à un compte Xbox Live Gold pour profiter de tous les avantages et notamment le jeu en ligne. Idéal pour les familles qui n’auront plus qu’à payer un seul abonnement à l’année.

L’aspect visuel change complètement est devient beaucoup plus attrayant. Quand on lance l’application Amis, on retrouve une synthèse de ses informations Xbox Live : gamertag, nombres d’amis, nombres d’abonnés (c’est une nouveauté), messages privés, succès et les jeux DVR (enregistreur numérique, sorte de magnétoscope pour revoir ses exploits de jeux). En plus, la colonne centrale accueille le flux d’activité de ses amis : jeu en cours, derniers succès débloqués, applications utilisées,… Et si vous avez ajouter des amis en favoris vous avez un accès en un clin d’oeil à leurs dernières actions.

test-xbox-one-29

test-xbox-one-31

La partie Mon profil permet d’obtenir plus de détails sur vos informations comme le gamerscore, la note de la réputation, les activités récentes et des options de paramétrages de son profil. On obtient les mêmes informations détaillées en sélectionnant un ami et on peut également comparer ses scores jeu par jeu et l’ajouter à un groupe. Quand on choisit un jeu, l’écran est habillé aux couleurs du jeu avec l’ensemble des détails et on peut lancer le jeu à partir de cet écran. Vraiment top !

test-xbox-one-30

test-xbox-one-33

test-xbox-one-32

Tous les titres permettent de déverrouiller des succès au fil du jeu. On les retrouve dans la rubrique succès avec l’ensemble des détails et une charte visuelle qui correspond à l’univers du jeu. On peut également débloquer des succès suite aux défis proposés sur le Xbox Live. Par exemple, dans Forza Motorsport 5 il faut rouler atteindre 402 km/h avec la McLaren P1 avant une date précise. Si on remplit la mission, le succès est déverrouillé et apparaît dans son profil de joueur. A savoir que l’utilisation de certaines applications (CanalSat par exemple) permet d’obtenir des succès pour récompenser le nombreux usages de l’application (nombre d’utilisation, visionnage de certains programmes,…).

test-xbox-one-34

test-xbox-one-35

test-xbox-one-36

test-xbox-one-37

Avec la Xbox One, les joueurs ont la possibilité de partager des moments de jeux grâce à Upload. En cours de jeu, le joueur peut dire “Xbox enregistrez cet élément” pour sauvegarder les derniers instants de la phase de jeu. Ensuite, on lance Upload Studio qui va permettre de faire du montage vidéo et quelques modifications. On peut couper la vidéo originale à l’aide des sticks, appliquer des effets, faire du “picture in picture” avec une vidéo via Kinect, ajouter des commentaires avec le micro de Kinect, puis de définir un titre et une balise (par exemple grand moment) et de partager le résultat sur le Xbox Live (uniquement pour les membres Xbox Live Gold) et également sur SkyDrive si on le désire. Dans l’application Upload, on retrouve également les vidéos de ses amis et les vidéos les plus populaires.

test-xbox-one-38

test-xbox-one-39

test-xbox-one-40

test-xbox-one-41

test-xbox-one-42

test-xbox-one-43

test-xbox-one-44

test-xbox-one-45

Dans le Xbox Store, on trouve l’application Twitch, le service de partage de gameplay en streaming live. Le site compte de nombreux jeux dans son catalogue et il suffit d’en choisir un pour voir les directs des joueurs. Twitch sur Xbox One est uniquement en mode consultation des vidéos et non en partage comme le propose la PS4. Dommage pour la partie communautaire.

test-xbox-one-46

Chaque jeu doit être installé et prend de la place sur le disque dur. En moyenne, il faut compter plus de 40Go ! Avant de commencer un jeu, il faudra patienter plusieurs minutes pour se lancer dans une partie endiablée. Et si votre console est connectée à Internet, la première fois, il y aura une mise à jour à télécharger et installer. Comme ce sont les jeux du lancement, cela a eu lieu à chaque test de jeu. Pour Ryse, j’ai eu un souci : j’ai commencé l’installation et la mise à jour, puis j’ai joué plusieurs minutes. J’ai arrêté et éteint la console. Le lendemain j’ai emmené ma console dans une autre maison sans connexion Internet. J’ai pu joué les premiers niveaux et à un moment j’ai eu un message d’erreur d’installation et une connexion Internet était requise. En rentrant chez moi, j’ai résolu le souci. Blocage de l’installation lié à l’absence de connexion Internet ? Blocage lié à la mise jour qui était inachevée ? Je n’ai pas la réponse.

test-xbox-one-47

 

test-xbox-one-48

test-xbox-one-49

Xbox One SmartGlass, l’interaction multi-écrans
Microsoft propose l’application Xbox One SmartGlass sur Windows 8, Windows Phone 8, Android et iOS. L’application permet de consulter son profil, sa liste d’amis, se ssuccès, ses épingles, ses messages et de servir de télécommande pour la saisie de texte ou le contrôle tactile. Quand l’application est connectée à la console (via le Wi-Fi en local), l’expérience utilisateur est enrichie avec de nombreuses informations. Quand on navigue dans l’interface, l’application affiche instantanément l’application ou le jeu qui est lancé. En cliquant sur “détails” on peut lancer l’application sur la Xbox One, l’épingler ou obtenir plus d’informations. On retrouve le synopsis du jeu, les extensions possibles (DLC), les progrès du jeu qui comprennent les défis à l’affiche et les succès déverrouillés, les extraits de jeu (vidéos partagée via Upload), les images officielles du jeu ou encore les jeux similaires. On peut également faire des recherches jeux, films, musique et TV. Xbox One SmartGlass est un incontournable pour tous les possesseurs de la Xbox One.

test-xbox-one-50

Alors on l’achète ?
Avec un line-up de lancement riche (nombreuses exclusivités), une expérience utilisateur réussie grâce au nouveau capteur Kinect et de nouveaux services communautaires, la Xbox One est une très bonne console ! Oui, vous pouvez l’acheter sans vous faire des noeuds au cerveau car elle répond aux promesses initiales malgré un changement sur quelques points stratégiques. Le parc Xbox One étant équipé à 100% du capteur, les jeux utilisant Kinect vont s’enrichir dans le temps et offrir de belles choses.
Toutefois, on regrette le fait d’autoriser l’usage de certains services uniquement aux membres Xbox Live Gold et que tout cela ne soit pas aussi riche qu’aux Etats-Unis.
Quoi qu’il en soit, Microsoft a réussi son lancement avec plus d’un million d’exemplaires vendus en 24h. En France, le succès est au rendez-vous avec un pénurie quasi nationale. Microsoft France promet de remettre sur le marché chaque semaine des consoles supplémentaires. Rendez-vous sur le Xbox Live pour des parties de folie ! Mon gamertag : Franck.