Test Super Street Fighter IV 3D Edition sur Nintendo 3DS

Test Super Street Fighter IV 3D Edition sur Nintendo 3DS

Tout le monde connaît Street Fighter, le jeu de combat hein, pas le film avec Kylie Minogue et notre Jean-Claude national ou l’un des navets sortis par la suite (qui a vu « la revanche de Chung-Li » ?). Bref, après avoir révolutionné le genre il y a 14 ans en inventant les coups spéciaux, la série est maintenant le premier jeu de combat en 3D relief. Voyons ensemble quelles (bonnes ?) surprises nous réserve Super Street Fighter IV 3D Edition sur Nintendo 3DS.

On ne s’étendra pas sur l’histoire, comme dans beaucoup de jeux du genre elle se résume assez rapidement. Ici on ne change pas une recette gagnante, c’est encore le méchant Bison qui fait son come-back et menace la paix dans le monde. Ryu, Ken et tous leurs amis participent donc à un nouveau tournoi pour lui faire sa fête.

On avait l’habitude de retrouver des jeux sur consoles portables avec des graphismes en deçà de leurs homologues de salon, ici les graphismes sont superbes, et n’ont rien à envier aux versions HD. Les décors des combats ont perdus leurs animations mais ont gagnés la profondeur. Pour que le jeu reste fluide ils ne sont pas vraiment en 3D mais sont constitués de plusieurs plans à différentes profondeur. L’effet n’en est pas moins très bon. L’échauffement des personnages donne quant à lui l’opportunité d’observer ses personnages préférés en 3D et ne seront peut-être plus sautés pour arriver plus rapidement au combat. Le combat justement peut être vu de deux façon : de manière traditionnelle avec la caméra perpendiculaire aux deux protagonistes ou judicieusement placée au-dessus de l’épaule de son combattant ce qui permet d’être au cœur du combat et de profiter au mieux des Hadoken et aux coups spéciaux de nos persos. Contrairement  à ce que l’on aurait pu croire la vue reste parfaitement jouable même si Namco a préféré nous obliger à combattre en utilisant la même vue. On regrettera par contre que, certainement par soucis de réalisme, les personnages aient tous l’air de passer leur vie dans des salles de muscu et débordent de muscles (si vous voyiez la taille des cuisses de Chung-Li !). La concurrence sera plus généreuse en fan-service…

L’autre point de différentiation avec la concurrence qui marque dès les premières parties est l’extrême technicité du jeu. Ici pas question de taper sur tous les boutons pour déclencher des coups spéciaux au hasard, les personnages n’ont en général à leur disposition que 3/4 coups spéciaux. La diversité vient du fait que chacun de ces coups se décline en plusieurs versions plus ou moins rapides et puissantes selon le ou les coups de poings ou de pieds utilisés. Les personnages disposent aussi d’un spécial combo (que l’on peut déclencher lorsque sa jauge de super est pleine) et deux ultra combos (jauge d’ultra). Tout cela peut sembler un peu compliqué pour un néophyte mais heureusement Namco a trouvé une utilisation très intéressante du second écran de la 3DS. 4 cases y apparaissent pendant les empoignades. Elles permettent de déclencher un coup spécial ou un combo (si tant est que la gauge correspondante est suffisamment remplie) sans avoir besoin de se rappeler s’il fallait faire un quart de tour vers l’avant ou l’arrière. Cela permet aux rixes de joueurs débutants de ne pas se limiter uniquement aux coups les  plus simples mais inversement cela renforce l’impression qu’il n’y a que 2 attaques spéciales par combattant… En mode « pro » seuls des combinaisons de coups simples peuvent être associés ; cela permet entre autre de compenser l’accès moins rapide aux touches L et R et de lancer des combos nécessitant d’appuyer sur les trois touches de poings ou de pieds en même temps.

Par rapport aux versions « fixes », le jeu dispose d’un ajout de taille : en gagnant des combats on engrange des « points de figurines » qui, comme leur nom l’indique, permettent d’acheter des figurines via une loterie. Chaque personnage en possède 7 différentes qui peuvent exister dans différents coloris. Présenté comme cela ça fait un peu gadget mais c’est là que la fonction street pass de la console entre en jeu. A chaque fois que vous allez croiser un joueur de SFIV3D un combat automatique aura lieu entre chacune de vos équipe de 5 figurines que vous aurez composé à l’avance (qui a dit pokemon ?). A la clé des points de figurine pour… ben acheter de nouvelles figurines et continuer. Ils sont forts chez Namco ! On regrettera par contre que ce mode soit un peu caché dans les sous-menus du jeu (on sent le greffon et pas le jeu pensé pour…) et assez peu clair. Il faut en effet faire son équipe en appuyant sur X pour changer une figurine et Y (ou l’inverse) pour changer un équilibrage entre vitesse, attaque et défense puis cliquer sur « activer le street pass » même s’il est déjà activer pour mettre l’équipe à jour. Cela doit permettre de charger tout ça dans la mémoire de la console et permettre de street fightpasser même si le jeu n’est pas lancé mais quand même il doit y avoir plus simple… Je ne vous parle pas du système d’échange avec vos amis, c’est une blague.

Au niveau des points que l’on n’a pas encore abordés on notera que contrairement aux versions de salon tous les persos sont déjà débloqués (48, ce qui un nombre plutôt conséquent) et surtout que tous leurs costumes le sont aussi. Même si les mauvaises langues diront que c’est juste parce que Nintendo n’a pas encore créé un système de paiement in-game on appréciera de ne pas besoin de remettre la main au portefeuille.  On a aussi pensé à ceux qui veulent jouer contre leurs amis qui n’ont pas (encore) le jeu en permettant de jouer avec une seule cartouche. On est par contre limité à un combat Ryu contre Ryu dans une salle vide. Ce serait intéressant de savoir si c’est pour que vos amis achètent effectivement le jeu ou si pour limiter le téléchargement une seule des deux consoles doit tout calculer…

En résumé voici un jeu qui tire intelligemment profit non seulement de la 3D (les mauvaises langues qui décidemment ne veulent pas se taire diront que c’est le seul de ceux sortis jusqu’à maintenant) mais aussi de toutes les nouveautés de la 3DS : street pass, écran tactile qui compense la perte d’ergonomie par rapport à une manette… Si vous n’êtes pas rebuté par le côté technique du jeu vous ne regretterez pas votre achat, il s’agit assurément du meilleur jeu de la console jusqu’à maintenant.

Vidéo du trailer de Super Street Fighter IV 3D Edition.