Test PS Vita

Test PS Vita

La PS Vita, la nouvelle console portable de Sony, arrive (enfin) en France. Dans une semaine, vous allez pouvoir découvrir la dernière née du géant japonais qui compte bien redorer le blason avec un produit technologiquement très abouti. Le monde du jeu vidéo nomade est en mutation avec l’explosion des smartphones et des tablettes, iPad en tête, quelle place peut donc se faire la PS Vita ? Notre réponse dans ce test. A noter que le PlayStation Store (France) n’est pas disponible au moment de notre test et il y a donc certaines fonctionnalités qui ne peuvent pas être testées.

Un monstre de puissance

Sony a mis tout son savoir faire technologique pour la conception de la PS Vita tant au niveau du design que du hardware. La PS Vita est propulsée par un processeur ARM CortexTM-A9 quadricœur cadencé à 2 Ghz, 512 Mo de RAM, 128 Mo de VRAM, d’un écran tactile OLED 5 pouces, d’un capteur photo de 300 000 pixels (appareil photo frontal et arrière), du Wi-Fi, du Bluetooth 2.1, +EDR (A2DP/AVRCP/HSP), de la connectivité 3G (pour le modèle 3G bien sur), d’une boussole électronique, d’un GPS, d’un gyroscope et d’un accéléromètre. Bref, la PS Vita est un monstre de puissance ! Le boot initial est d’environ 15 secondes, et la sortie de veille prend 2-3 secondes. L’autonomie moyenne est de quatre heures et elle peut varier selon les jeux et les paramétrages activés ou non (Wi-Fi, Bluetooth). Dans l’ensemble c’est satisfaisant et on ne peut pas demander beaucoup plus; si on compare l’autonomie des smartphones ou des tablettes, la PS Vita n’a pas à rougir. La PS Vita a une batterie intégrée, donc si un jour il y a un souci, il faudra passer par le SAV de Sony. A date, aucune information concernant le coût de remplacement d’une batterie.

Contrairement aux smartphones et aux tablettes qui deviennent de vrais concurrents, la PS Vita offre un gameplay au top grâce aux sticks analogiques et aux gâchettes. Imaginez, une manette Dualshock avec un écran tactile, et vous avez la PS Vita. L’ajout de cet écran ne s’arrête pas à une tendance technologique mais apporte un vrai plus avec des interactions dans les jeux ou même la navigation dans l’interface utilisateur. Et comme Sony est joueur, le pavé arrière la console est lui aussi tactile afin d’offrir de nouvelles expériences de gameplay. Par exemple, dans FIFA, cela permet de viser dans les buts et de déterminer la puissance du tir. Déconcertant au départ, on prend vite le coup et on s’habitue à ce nouveau mode de jeu.

Au niveau de la connectique, Sony nous refait la même histoire avec un format propriétaire pour les cartes mémoire PlayStation Vita et le format des jeux (carte Flash). Un bon moyen de générer du chiffre d’affaires avec la vente d’accessoires qui est très souvent un produit avec de la marge. Pour finir, sur la tranche supérieure, il y a un port accessoire mais on n’a pas plus d’informations et à date aucun accessoire est prévu pour y être connecté. Il semblerait que cela soit un port vidéo. A suivre.

Une console multimédia
Comme la PSP ou la PS3, la PS Vita est une console multimédia, c’est à dire qu’elle ne se cantonne pas à du jeu. On retrouve ainsi des fonctionnalités de musique, photos, vidéos et également des applications connectées spécialement conçues pour la PS Vita.

Pour les vidéos, seul le format .mp4 est supporté par la console. Il faut donc convertir ses vidéos au format divx pour qu’elles soient lues par la console. Les formats d’image pris en charge sont : jpg, gif, tiff, bmp et png. Les formats audio compatibles sont : mp3, wav, wma9, mp4, aac et atrac.

La synchronisation de l’ensemble des contenus multimédia se fait à l’aide du logiciel “assistant du gestionnaire de contenu pour Playstation”. L’application est disponible pour Windows et pour MAC. Petit plus : on peut sauvegarder sur son ordinateur les données enregistrées des jeux utilisés sur la PS Vita, ainsi que les données d’application (données de jeu) des jeux achetés sur PlayStation Store. Le transfert est très simple, il suffit de sélectionner les éléments que l’on souhaite synchroniser et ensuite on appuie sur le bouton copier. Simple et rapide.

Des applications pour prolonger l’expérience utilisateur
Aujourd’hui, les applications ont le vent en poupe ! Impossible d’y échapper, elles font parties de notre quotidien et nous ne pouvons plus nous en passer. En natif, on trouve différentes applications : NEAR, Party, Trophées, messagerie de groupes, amis, navigateur web et accès à distance.

NEAR est un service social de géolocalisation qui utilise le PlayStation Network, et permet de connaître le titre auquel joue les joueurs PS Vita à proximité, de rencontrer des amis et partager des information sur les jeux.

Party permet de faire de discuter en ligne avec ses amis, jusqu’à huit personnes par “chat room”. Si on est équipé d’un micro casque, il suffit de le brancher dans le port jack 3,5mm pour faire du chat audio avec ses amis. Cette application permet également de se connecter à une partie en ligne. Si l’un de nos amis joue à un jeu que l’on ne possède pas, nous sommes redirigés vers le PlayStation Store afin d’effectuer l’achat.
La messagerie de groupe est une sorte iMessage à la sauce Sony. On discute avec nos amis (maximum trois) via du texte, de la voix ou encore des photos. En effet, en un clic, on peut envoyer une photo à ses amis, et ils la reçoivent directement sur leur PS Vita.

Enfin, les Trophées sont disponibles sur la PS Vita ! On peut voir l’ensemble de notre progression, des trophée gagnés au fil des jeux. Bien sur, pour alimenter l’esprit de challenge, la liste des trophées de nos amis est consultable et on peut donc les “défier” pour en avoir plus qu’eux.

Comme la PSP, la PS Vita permet de prendre le contrôle à distance de sa PS3. Auparavant, il faudra activer plusieurs paramètres sur la console de salon et bien sur enregistrer la console nomade pour autoriser l’accès à distance. Une fois les pré-requis techniques effectués, on peut quasiment tout faire comme si nous étions dans notre canapé à côté de la PS3, alors que nous pouvons être à l’autre bout du monde. Pour notre test, j’ai réussi à lire les photos, vidéos et musique stockées sur mon NAS (Buffalo LinkStation) qui est connectée à ma Bbox et j’ai également pu lancer des téléchrgements sur le PlayStation Store. Cerise sur le gâteau, il est possible de jouer aux jeux PS One et au Minis. Quel plaisir de fracasser des voitures à Destruction Derby 🙂

Un navigateur internet est intégré, cela permettra de consulter des sites. Mais il faut savoir qu’il ne s’agit pas de la même expérience qu’un ordinateur notamment du fait du manque de Flash Player et une compatibilité minimale avec la norme html5. Dommage, on espère que Sony corrigera le tir lors d’une mise à jour. Pour le moment, c’est un navigateur d’appoint.

A l’image des smartphones, le PlayStation Store propose de télécharger des application pour prolonger l’expérience utilisateur. On pourra ainsi installer les application suivante : Twitter, Facebook, Skype, Foursquare, Flickr, cartes,… et surement d’autres par la suite. Sony met en place totu un écosystème d’application pour capter les consommateurs et les fidéliser. Il faut donner envie, créer des besoins et répondre aux usages actuels. Un service comme Foursquare (lire notre article sur Foursquare) basé sur la géolocalisation à un instant T, il faut donc une connexion internet. L’achat de la PS Vita 3G peut donc se justifier pour ce type d’usage, l’internet mobile au sens large. Néanmoins, le smartphone peut être une solution pour se connecter en mobilité. En effet, la plupart proposent une fonctionnalité de hotspot mobile et grâce à des offres internet mobile illimité comme B&YOU ou Eden Smartphone, on peut ainsi accéder aux différents services. A bien méditer avant l’achat de la console, car il y a une différence de 50€ au niveau du prix et ensuite il faut souscrire à un abonnement mensuel pour la connexion data.

Les jeux
Comme pour la PSP, Sony a inventé un nouveau format pour le support des jeux, la carte Flash. Très ressemblant à une carte SD, elle est légèrement plus petite. Elle se nomme simplement Carte Playstation Vita. En plus de contenir le jeu, celle-ci pourra stocker des patchs, des DLCs voire même la sauvegarde de votre partie. Aux développeurs de choisir la solution qu’il préfère : carte PS Vita ou Carte Mémoire. Les cartes PS Vita contenant les jeux pourront avoir une taille de 2 Go ou 4 Go dans un premier temps. Sony annonce qu’il proposera des cartes avec une plus grosse capacité dans l’avenir pour fournir tout l’espace nécessaire aux développeurs pour la réalisation de jeux toujours plus riches en contenus.

Autre point important, la console n’est pas zonée. Ainsi il sera possible de faire tourner un jeu japonais ou encore américain sur une console française et inversement. Les joies de l’import sont de retour et c’est un avantage important par rapport à la Nintendo 3DS.
Enfin, pour ceux dont le packaging n’a aucune importance, sachez que la plupart des jeux seront également disponibles en dématérialisés sur le PlayStation Store. L’intérêt au-delà du fait que l’on entasse plus les boites chez soi, c’est que les jeux seront moins chers (environ 10% en moins).

Coté rétrocompatibilité, à terme les jeux PS One, PSP et Minis seront compatibles sur la PS Vita. A l’heure actuelle :

  • Les jeux PS One fonctionnent en remote play depuis la PS3 et une mise à jour doit arriver sous peu pour rendre les jeux compatible depuis la PS Vita.
  • Les jeux PSP du PS Store sont pour la plupart compatibles.
  • Les jeux Minis sont pour la plupart compatibles également.

Pour finir, il est important de savoir que certains jeux nécessitent obligatoirement la présence d’une carte mémoire dans la console pour démarrer. Alors attention à la mauvaise surprise lors de l’achat, il n’y a aucune carte mémoire de fourni dans le pack de base.

On craque pour la PS Vita !
Faut-il craquer pour la PS Vita ? OUI, un grand oui ! Sony propose un objet de désir qui mélange savamment jeux vidéo et applications multimédia. Le tout offre une expérience utilisateur extrêment bien réussie malgré des petits défauts de jeunesse. Le gamer sera séduit par le gameplay innovant notamment grâce au pavé tactile qui apporte une vraie valeur ajoutée à la console. Grâce à la connectivité, il s’agit d’une console évolutive qui se bonifiera dans le temps comme un bon vin. Sony nous offre un grand cru !

La PS Vita sort le 22 février en deux versions. La PS Vita Wi-Fi sera proposée au prix de 249,99€ et la PS Vita 3G sera proposée au prix de 299,99€. On vous recommande vivement l’acquisition d’une carte mémoire de 16Go (taille maximale disponible en France vs 32 Go aux Etats-Unis) afin de stocker vos contenus et les jeux.

Nous avons demandé à nos confrères ce qu’ils pensent de la PS Vita. Merci à eux pour leur participation.

Jean Zeid, France Info
Les plus
Superbe machine, bijou techno, le Sony Entertainment Network, l’écran OLED, le pavé tactile arrière, la jouabilité, l’opérabilité avec la PS3.

Les moins
Prix, autonomie, carte mémoire obligatoire en sus, navigateur web, manque encore de quelques licences fortes.

Anh Phan, Journal du Geek.
La PS Vita se présente comme la console portable de nouvelle génération. Et dans ce sens, elle arrive à rivaliser avec les consoles de salons actuelles en terme de puissance et de performance. L’ajout de nouvelles technologies comme un écran tactile et un accéléromètre permet à la console de Sony d’avoir des cartes pour séduire une plus large palette de joueurs mais aussi découvrir de nouvelles formes de jouabilité.
On pourra bien sûr lui reprocher des fonctions multimédias quasi inexistantes mais ce n’est pas sa fonction première. Si vous êtes un joueur, la PS Vita a toutes les chances de vous séduire, surtout avec un lineup conséquent pour son lancement mondial.

Les plus
Graphismes et puissance, écran OLED de 5″ tactile, deux sticks analogiques, lineup de lancement

Les moins
Autonomie, APN de piètre qualité, que de formats propriétaires

Julien Tellouck, GameOne
De manière générale, Je suis très emballé par la PS Vita. Selon moi c’est la plus belle des consoles portables de l’histoire, le temps nous dira si les jeux seront à la hauteur car ce sont les jeux qui font le coté culte d’une console. Au niveau graphique la dernière portable de Sony est capable de faire jeu égal avec certaines productions PS3 ou Xbox 360 (attention pas toutes) et les deux sticks analogiques procurent des sensations de jeu similaire à ce que l’on connait déjà sur console de salon.
Les fonctionnalités techniques à priori grand public (l’écran tactile, le pavé tactile arrière, le gyroscope, et les capteurs photos) s’intègrent parfaitement dans certains jeux comme Uncharted, prouvant ainsi que Sony a créé la console avant tout pour les Gamers.

Points négatifs :
– un système d’exploitation qui parait de moins bonne qualité que celui des smartphones (pas de multitâches de jeu à jeu) et une gestion des contenus multimédia assez complexe, j’aurai préféré des transferts de données de PC à Vita en drag and drop.
– Une autonomie au dessus de la 3DS qui aurait mérité 2 heures de plus pour être parfaite.
– Le prix encore trop élevé. 250 euros ça douille pour le porte monnaie.

Symptôme numéro 1 : depuis que j’ai reçu la Vita, je ne joue plus sur Smartphones, tablettes et ma 3DS prend la poussière
Symptôme numéro 2 : Finir Uncharted est devenu une obsession

Mon Top 3 : Uncharted, Marvel vs Capcom 3, Fifa 12