Test du Tandemz de Silverlit

Test du Tandemz de Silverlit

Il y a quelques lunes de cela, j’avais rapidement présenté un des nouveaux modèles de Silverlit, le fabricant du désormais célèbre PicooZ. Après la version « micro », Silverlit propose aujourd’hui un « poids lourd », le Tandem’Z. Ce dernier n’est pas bi-rotor mais… quadri-rotor. Deux à l’avant, deux à l’arrière pour cet hélicoptère de transport, au dessous duquel vous pourrez vous amusez à suspendre quelque chose de (très) léger. DSC00116

Le PicooZ, c’est nul, ça vol mal, ça tourne dans tous les sens…

Effectivement, les premiers vols peuvent paraître un peu laborieux, et ça n’est qu’au bout d’une dizaine de sessions que l’on commence à dompter la bête. Pourvue d’une batterie LiPo, la gamme d’hélicoptères ultra légers de Silverlit se recharge sur le contrôleur infrarouge (environ 15-20 minutes de charge pour 5 à 10 minutes de vol). Le TandemZ ne déroge pas à la règle. Alors, à votre avis, avec 4 rotors, c’est plus stable ou pas ?

Le TamdemZ parait effectivement plus stable en vol. Il est accompagné d’une manette qui permet (comme d’habitude) de régler le trim, permettant ainsi d’avoir un hélico qui effectue un vol stationnaire sans « partir en vrillee. Mais la manette dispose également d’une molette offrant (et ça c’est plus nouveau) la possibilité de régler le pas, comprendre faire avancer ou reculer l’hélicoptère. On se souvient que sur le PicooZ, il faut alourdir le nez de l’appareil pour espérer le faire avancer. Enfin, on retrouve la manette des gaz, la manette « gauche/droite », et un bouton d’allumage de la diode bleue située sous l’appareil.

Bilan après quelques minutes de vol…

Je me suis beaucoup amusé à faire voler le TandemZ, peut-être même plus que le PicooZ, dans la mesure où le contrôleur infrarouge offre des réglages plus fins.