La parole à Caroline Vermalle, lauréate du Prix Nouveau Talent 2009

La parole à Caroline Vermalle, lauréate du Prix Nouveau Talent 2009

Souvenez-vous, en mars dernier, Caroline Vermalle remportait le prix littéraire Nouveau Talent 2009 pour son livre L’avant-dernière chance (Giiks vous avait d’ailleurs fait gagner quelques exemplaires dédicacés de la main de l’auteur 🙂 ).

Après quelques mois, nous l’avons recontacté pour savoir si ça allait (tout va bien, pas même une petite grippe A…) et surtout pour savoir si une geekette sommeillait en elle. Et c’est le cas ! Interview.

Vous avez remporté le Prix Nouveau Talent 2009. Qu’est-ce que ce prix vous a apporté depuis ?

Caroline Vermalle : Que des bonnes choses ! Avant tout, la possibilité très réelle de devenir écrivain. Mais tout est encore à faire… Je travaille à présent sur mon deuxième manuscrit, Le Vent se lève tard. Je ne manquerai pas de vous tenir au courant quand il sortira en librairie !

Qu’avez-vous fait ou que comptez-vous faire des 10 000 € de dotation ?

Un netbook Acer pour pouvoir écrire n’importe où, une robe époustouflante Vivienne Westwood pour me faire plaisir et surtout un an de nounou pour mon fils, pour avoir le temps d’écrire, ce qui est extrêmement précieux.

Mac ou PC ?

Mac (iMac), PC (laptop Acer) et Linux (netbook Acer) ! Mais ma préférence va définitivement au Mac, qui non seulement est d’une élégance rare (surtout le clavier ultraplat, je suis accro) mais aussi me permet d’assouvir une autre passion, la réalisation et le montage de films avec le logiciel FinalCut Pro.

Entre nous, j’ai aussi un faible pour les accessoires : je viens de faire venir du Japon une clef USB qui a la forme d’un personnage manga. Qui a dit geekette ?

Quel mobile utilisez-vous et quel usage en faites-vous ? Ecrivez-vous en langage SMS ?

Etant maman d’un petit garçon très curieux qui adore jouer avec les portables et en a déjà sérieusement amoché deux, je ne jure plus que par le Samsung SGH-M110 qui résiste à tout, aux chocs, aux éclaboussures du bain, au bac à sable… Seul défaut : il fait des photos assez médiocres.

Je n’écris pas en langage SMS du tout, il faut vraiment que je sois dans une urgence extrême pour y recourir. D’ailleurs, pour ceux qui comme moi, ne sont pas des aficionados du langage SMS, les textos utilisés dans L’avant-dernière chance sont traduits en bon français à la ligne d’en dessous… En revanche, j’aime bien les émoticons 🙂

Un conseil pour les auteurs qui concourent au Prix Nouveau Talent 2010 ?

Ignorer les doutes et les questions existentielles qui sont la maladie chronique de tout écrivain en herbe (ou confirmé, dixit interview d’un certain Marc Lévy), et se concentrer sur trois choses : l’histoire qui doit avancer, les 300 000 signes et le 31 octobre. Et y croire !

Pour tout savoir du Prix Nouveau Talent 2010, c’est ici et pour lire le blog de Caroline Vermalle, c’est là !