Plague : le partage de l’information en mode Tinder

Plague : le partage de l’information en mode Tinder

Plague est un nouveau réseau social qui permet de partager de l’information avec les autres utilisateurs et de la propager comme un virus d’un simple glissement de doigt, une sorte de Tinder de l’information. Au delà du buzz médiatique, le service a du potentiel notamment pour le marketing viral géolocalisé. Explications, après plusieurs jours de test de ce nouveau service venu de Lithuanie.

Le principe est simple : après avoir créé un compte en moins d’une minute, on reçoit des informations, selon sa géolocalisation, qui se sont propager comme un virus ou une maladie d’où le nom de Plague (ndlr : plague signifie peste) et on peut décider ou non de participer à la contamination. Un glissement de doigt vers le haut, on continue de diffuser le post à plusieurs utilisateurs et on stoppe (à notre niveau) la propagation avec un glissement de doigt vers le bas.

plague-android-iphone-01

Sur chaque post, on peut voir le nombre de commentaires, le nombre de personnes infectées, le pourcentage de personnes qui ont répandu la publication, le lieu d’où est partie l’infection et une carte de celle-ci, et des graphiques de statistiques. Bien sur pour éviter les dérives de certains, on peut signaler le post.

plague-android-iphone-02

Sur Plague, on partage du texte, des images, des vidéos et des liens de site internet. Pour le partage d’un article, on peut choisir l’image issue de l’article qui servira d’illustration pour le post Plague. A date, la plupart des publications sont pas très qualitatives, on y retrouve de nombreux memes de 9gag ou des gifs de sites de buzz. Toutefois, on y trouve quelques perles et la conversation se crée. Au delà de l’aspect visuel qui émoustille toujours dans un premier temps, c’est dans les commentaires que l’on peut trouver un intérêt dans Plague. Personnellement, j’ai découvert le travail d’artistes et designers vraiment intéressants (selon mes goûts). Le but d’un réseau social, c’est le partage et la conversation qui va être générée. Quand une publication vous intéresse, il est possible de s’y abonner pour suivre les commentaires.

plague-android-iphone-03

J’ai décidé de lancer des publications sur différents thèmes et les possibilités de Plague : le social media (j’adore ! et c’est mon métier), la photo, les applications mobiles, et le partage de liens. Le tableau de bord permet de connaître son « infection index » (sorte de score Klout de Plague), le nombre de personnes que l’on infecte autour de soi, les statistiques de chaque post et les derniers commentaires sur ses publications ou abonnements d’un sujet précis. Comme pour les posts des autres utilisateurs de Plague, on a des statistiques complètes dont la fameuse infection map. J’utilise Plague sur Android et je ne pour quelle raison, certains posts ont été publiés en double. C’est marrant de voir que le même post à quelques minutes d’intervalles n’a pas le même impact.

plague-android-iphone-04

Selon Ilya Zudin, le créateur de Plague, le réseau a connu une croissance de 49% de membres pendant les fêtes de fin d’année et que 88% des membres restent actifs une semaine après leur inscription. Il faut avouer que l’on se prend rapidement au jeu, et on « swipe » pendant plusieurs minutes, plusieurs fois par jour… une addiction !

Quel avenir pour Plague ? Une fois passé l’effet de buzz et les trolls qui arrêteront de poster du contenu non qualitatif, Plague peut devenir un outil de marketing pour les marques. L’un des grand principe de Plague réside dans la géolocalisation des posts et de sa propagation auprès des membres situés à proximité.

Imaginez une enseigne de prêt à porter qui lance une vente flash sur Plague ! Un visuel à fort impact, une « punchline » qui donne envie et le tour est joué, la propagation peut commencer. Idéalement, il faudrait une option de notification push pour être averti des publications d’une boutique quand nous sommes dans un rayon défini pour accélérer la diffusion.

Plague peut également être une sorte de carte de chaleur (« heat map ») pour les sites de contenus avec la diffusion d’un article et de l’intérêt suscité auprès de la communauté. Les commentaires et le nombre de personnes infectées seront les indicateurs de performances, cerise sur la gâteau l’infection map pourrait indiquer quelles région géographiques sont plus intéressées par l’info en question ! Bref, le champ des possibles est multiplie (politique, speed dating, agence de voyage, associations caritatives… ) et c’est à nous, utilisateurs et marques, de créer du contenu de qualité et de détourner les usages offerts par Plague pour en faire un réseau social incontournable. Souvenez-vous de Twitter au départ. A l’origine, c’était le partage de ce que vous étiez en train de faire (what are you doing ?) et très vite Twitter est devenu un media d’information. La page d’accueil a été refondue assez rapidement avec la question « what’s happening ? » (que se passe-t-il ?). Une erreur de positionnement qui a été ajustée par les utilisateurs.

plague-android-iphone-05

Plague manque cruellement de contenus en français et de power users, alors téléchargez l’application et commencez à répandre le virus de l’info !
[section label= »Applications mobiles »]
[appbox appstore 933724754][appbox googleplay io.plague]